PHILIPPE Francois

Paysage Abstrait

Nouveau produit

390,00 €

 
Ajouter à ma liste d'envie         Ajouter à ma liste

Huile sur toile. 50x65cm.

Plus de détails

1 produit à gauche ...

Attention : dernières pièces disponibles !

Partager dans les médias sociaux

François PHILIPPE
1920-1995

Huile sur toile.
Signée.
Dimensions : 50x65cm.
Date : Circa 1970

Le dernier des artistes de la bohème montmartroise conforme à la tradition s’est éteint près de Reillanne, où il avait pris ses quartiers de vieillesse avec Suzon ; nous l’appelions Zizi. Durant sa jeunesse, il avait exercé trente-six métiers, débardeur de charbon, chauffeur de camion, porteur aux Halles, avant de se consacrer à la peinture. Il passa trois mois sur un chalutier au large de la Norvège afin de réunir une documentation sur les poissons qui composèrent son bestiaire imaginaire. Zizi peignait dans l’atelier du 19, rue du Mont Cenis des fleurs féeriques, des poissons irisés et des paysages oniriques, d’une pâte émaillée. Son petit atelier était situé au pied de l’immeuble où Lorjou avait son appartement parisien, de cette proximité naquit une amitié orageuse. Bernard Lorjou le prit sous sa protection, et le fit exposer chez Nacenta, à la galerie Charpentier (entre 1954 et 1957), qui le fit figurer dans le livre de l’Ecole de Paris. Marié avec Suzanne Leberre, dite Suzon, ils s’installèrent au 24, rue Norvins, dans l’allée sans nom des anciennes laiteries de Montmartre. Commença alors une vie picaresque, dans la compagnie de ces personnages hors série que la Butte semble attirer. Ses frasques éthyliques le firent entrer dans la légende locale ; il avait le don rare du conteur de comptoir ; enfant de la rue, il pratiquait un argot populaire avec une maestria dont profitèrent sans nul doute les écrivains de langue verte qui en firent leur fonds de commerce. Les tenanciers de la Butte le redoutaient tout en l’admirant; ses démêlés avec Fred Bretonnière, son beau-frère, animateur du Grenier au coin des rues Saint-Rustique et du Mont Cenis, devinrent vite célèbres, et alimentèrent la chronique locale ; il faut dire que Zizi tenait toujours par devers lui un motif de querelle. Cependant le restaurant de la Mère Catherine sur la place du Tertre ne le tolérait que le matin à jeun ; il avait de bonnes relations avec Henri Borde du Cadet de Gascogne qui lui acheta des tableaux.
Les dialogues entre Zizi et le contrebassiste Gilbert Chappa (Lapaducha) étaient dignes d’Audiard. Inventeur d’expression dans la plus pure tradition populaire, il jouait sur ce registre d’égal à égal avec Gen Paul, un maître du genre pourtant. La plus petite anecdote prenait les proportions d’un fait d’armes, et l’interlocuteur qui, la veille, pestait contre l’artiste, ne pouvait retenir des larmes de rire lorsque le jour suivant Zizi narrait l’aventure.
Personnage à la Carco, ce peintre maigre au visage de primitif flamand selon Crespelle, faisait plutôt penser à un guérillero mexicain; il choisit un jour sa vie à sa peinture. Personne ne put lui en vouloir, le canular ou le scandale qu’il déclenchait devenait le lendemain une histoire à raconter, et quelque temps plus tard un morceau de la légende de la Butte. Retiré à Reillanne pendant les dernières années de sa vie, il y soignait un physique mis à mal par une vie largement dissipée. Personnage fantasque dans un village qui en compta tant, il a laissé néanmoins une œuvre importante, colorée et pleine de vie, qui prendra un jour sa place dans la peinture.
Exposa au Salon d’Automne et aux Indépendants. Expositions particulières Paris, Munich (1957), à Lausanne chez Valloton. Expositions de groupe Ecole de Paris à Lucerne et Munich. Il a exécuté les fresques du collège de Manosque, des vitraux pour l’église de Reillanne, et a décoré des bâtiments publics à Locminé, en Bretagne, pour son ami l’abbé Laudrin. Dix-sept tableaux lui ont été achetés par la Ville de Paris (Hôtel de Ville et Musée d’Art Moderne).