UBAC Raoul

Raoul Ubac - Arbres et pierres II - 1955

Nouveau produit

320,00 €

 
Ajouter à ma liste d'envie         Ajouter à ma liste
Faire une offre

Votre offre est envoyée.

  •     *Champs requis

Chargement

Lithographie. 56x38cm.

Plus de détails

1 produit à gauche ...

Attention : dernières pièces disponibles !

Partager dans les médias sociaux

Raoul UBAC

Lithographie originale signée et numérotée sur 150.

Réalisée en 1955

Size : 56x38cm.

Raoul UBAC

1910 (royaume de Prusse) – 1985 (France) 

Raoul Ubac fait ses études à l'Athénée royal de Malmedy jusqu'en 1928, ayant le projet de devenir agent des eaux et forêts. Puis, il fait un premier séjour à Paris. Rentré en Belgique en 1929 pour terminer ses études secondaires, un professeur lui passe « sous le manteau », le premier « Manifeste du surréalisme » d'André Breton. 

Revenant à Paris en 1930 où sur les conseils de ses parents il s'inscrit à la Sorbonne, Raoul Ubac noue des contacts avec les surréalistes, fréquente les ateliers de Montparnasse, fait la connaissance de Camille Bryen et d'Otto Freundlich, rencontre André Breton et fréquente le milieu surréaliste. Il entreprend, à pieds, de nombreux voyages à travers l'Europe, en Italie, Suisse et Autriche. En Dalmatie, sur l'île de Hvar, il effectue des « assemblages de pierres trouvées » qu'il photographie. 

Otto Freundlich lui conseille de se rendre à Cologne où il s'inscrit à l'École d'arts appliqués et travaille le dessin et la photographie. Raoul Ubac expérimente en photographie des procédés de brûlage, de solarisation et de pétrification et expose en 1933 à Paris le résultat de ses recherches.

En collaboration avec Camille Bryen, Raoul Ubac publie en 1934, sous le nom de Raoul Michelet un recueil de poèmes et de photographies. Avec Bryen encore, il dépose des « objets dans les endroits les plus inattendus », affiche « des poèmes et images sur les murs » et participe aux activités des surréalistes. En octobre 1935, il participe sous le pseudonyme de Raoul Michelet à l'Exposition internationale du Surréalisme, à La Louvière, première exposition surréaliste en Belgique, organisée par le groupe Rupture.

À partir de 1936, il s'engage dans une série de photographies autour du « Combat de Penthésilée » (la Reine des Amazones et Achille) pour lesquelles il combine de multiples procédés : association des négatifs, surimpression et solarisation, superposition ou décalage du négatif et du positif, qui donne une impression de pétrification, soufflage, fumage, brûlage ou voilage du cliché. Certaines de ses photographies sont publiées dans la revue surréaliste "Minotaure". Il apprend également la gravure dans l'atelier de Stanley Hayter.

En 1938, il participe à l'Exposition internationale du surréalisme à la Galerie des Beaux-Arts de Paris. Pendant la guerre, il collabore activement à la revue Messages, où il rencontre Paul Éluard, Raymond Queneau et André Frénaud. En 1942, il illustre Exercice de la pureté de Jean Lescure puis abandonne la photographie après la guerre.

il commence dès 1939 à dessiner à la plume « les objets les plus simples », verres et flacons, fruits et pains, ciseaux ou couteaux posés sur une table (exposition en 1943 à la librairie parisienne de Francis Dasté). En 1946, il ramasse en Haute-Savoie un éclat d'ardoise et commence avec un clou à la graver, il réalise des gouaches sur le thème des Têtes.

Jean Lescure lui fait connaître Bazaine et ses amis non figuratifs, leurs recherches sur les formes et les couleurs l’inspirent. Raoul Ubac aborde à nouveau la peinture, à l'œuf, pour une série non figurative de Personnages couchés dans des lumières sourdes. Il illustre en 1948 la couverture de Voir, recueil de Paul Éluard dont un poème lui est dédié.

À partir de 1951, il expose régulièrement ses gouaches et ses toiles. Ubac ne cesse simultanément de graver des ardoises qui deviennent à mesure des reliefs et dont il introduit en 1955 des fragments dans ses tableaux. Dans les années 1960, il réalise des peintures sur panneaux recouverts de résines amalgamées. 

En 1968 une rétrospective de son œuvre est présentée à Bruxelles et au Musée d'art moderne de Paris. Ubac reçoit en 1973 le grand Prix national des arts.