PURE EVIL

Pure Evil - Marilyn

Nouveau produit

3 000,00 €

 
Ajouter à ma liste d'envie         Ajouter à ma liste

Peinture. 100x100cm.

Plus de détails

1 produit à gauche ...

Attention : dernières pièces disponibles !

Partager dans les médias sociaux

PURE EVIL

Peinture acrylique sur toile.

Dimensions 100 x 100 cm

Oeuvre originale et unique. 

Pure Evil

Artiste anglais né en 1968 au Pays de Galles. Descendant direct du philosophe Thomas More (inventeur du concept d’Utopie). 

Malgré une enfance baignée dans un univers artistique (fils d’un peintre expressionniste), il admet « avoir passé pas mal de temps à éviter de devenir artiste ». Il a fait des études de mode et d'infographie à Londres. Après ses études il a décidé de s'installer en Californie pour s'échapper de son pays en ruine après le régime de Margaret Thatcher. Dans les années '90 il a vécu sur la Côte Ouest et a travaillé pour la marque de vêtements Anarchic Adjustment. Il réalisait des t-shirts imprimés et côtoyait la scène de la musique électronique de San Francisco, où il était DJ. Il faisait du skate, et participait à de nombreux raves prenant beaucoup de drogues psychédéliques. Il a enregistré des albums pour le label de disque FAX (basé en Allemagne). Puis, expulsé d’Amérique, il rentre en Angleterre.

En Californie il taggait « MURDERERS » sur les armureries et « DUMP BUSH » sur les autoroutes. A Londres, Il se munie d’une bombe et commence à peindre des lapins vampires assortis de crocs, souvenirs d’enfance d’un après-midi à la campagne : chez des cousins, il avait emprunté un fusil de chasse et tiré un lapin qui n’avait même pas cherché à s’enfuir. Cela l’avait hanté au point de symboliser sa culpabilité dans ce graphisme.

L’une de ses œuvres qui aura le plus marqué est son détournement de la pochette de Sergeant Pepper, où il a remplacé tous les personnages par des dictateurs célèbres.

Pour ses icônes pop, Pure Evil puise son inspiration dans les vieux films de vampire en noir et blanc :« J’aime que dans mon travail il faille gratter la surface pour trouver la noirceur ».

Ses images ont une symbolique très forte, avec beaucoup de significations imbriquées. « Une image puissante, c’est quelquefois aussi simple qu’un tag fait en quelque secondes, quelque chose dont la simplicité vous saute aux yeux. »

Pure Evil conçoit l’artiste comme un être engagé et critique de la société. Il aime faire passer des messages et envisage le street art comme le pendant du pop art des années 60. Il se revendique comme étant et restant un graffeur ; pour lui, il est très important d’être dans l’acte. 

Aujourd’hui Pure Evil est une marque globale. Artiste, galeriste et compositeur, il anime une émissions de radio mensuelle, organise et participe à de nombreux ateliers et conférences.

Il a exposé aux USA, en Russie, au Brésil, en Afrique du Sud, en Europe.

(source : strip art le blog et Artistik rezo)