JAËRAYMIE

Jaëraymie - édition limitée - Omofone 2 chene-chaine

Nouveau produit

70,00 €

 
Ajouter à ma liste d'envie         Ajouter à ma liste

Sérigraphie. 42x30cm.

Plus de détails

1 produit à gauche ...

Attention : dernières pièces disponibles !

Partager dans les médias sociaux

/// JAERAYMIE ///

Sérigraphie originale.
Signée et numérotée au crayon 9/12 par l'artiste
Dimensions du papier 42x30 cm
Papier canson 224 gr
Certificat d’authenticité.

/// Biographie de JAERAYMIE ///

JAËRAYMIE est un Street artist parisien né à Paris en 1986, il vit et travaille à Paris. Il est un artiste autodidacte qui a commencé la pratique de l’art urbain en 2016.  Street Artiste adepte du collage et du pochoir, il intervient dans l’espace public pour surprendre les passants, les faire réagir à une actualité, leur transmettre une émotion ou tout simplement les faire sourire. Il a commencé le street art en 2016. Il s’est fait remarquer avec ses pastiches d’affiches électorales lors des élections présidentielles de 2017, puis s’est fait connaître avec sa série « Le romantisme c’est un truc de bonhomme ». Après un long séjour aux Etats-Unis pour le projet « Excuse my fresque », à Paris, il a répondu à la demande de l’Ambassade de la République Tchèque en France pour faire un mur sur le Champs de Mars à l’occasion des commémorations de 1918-1968 pour lequel il a accompagné son visuel d’une citation de Kundera. Parmi ses réalisations les plus marquantes, notons aussi son mur de 11 mètres de long réalisé pour la journée de la femme afin de sensibiliser au harcèlement de rue, mur légalisé spontanément a posteriori par le maire du 11ème arrondissement de Paris. Puis sa série "Les expressions idiomatiques" pour laquelle il a fait 30 oeuvres sur les murs parisiens et 30 oeuvres réparties dans différentes villes de province aux quatre coins de l'hexagone. Un livre raconte la genèse de cette série et son histoire.  Oscillant entre légèreté et gravité dans les sujets qu’il aborde, il n’est jamais agressif, ni péremptoire. Ses œuvres apportent, pour nombre d’entre elles, un regard singulier, biaisé, ironique et paradoxal sur notre société.