Nouveau
Maclet - La petite maison Rose du village

MACLET Élysée

Maclet - La petite maison Rose du village

MACLET

380,00 €

 
Ajouter à ma liste d'envie         Ajouter à ma liste

Aquarelle sur papier. 9x14cm

Plus de détails

1 produit à gauche ...

Partager dans les médias sociaux

/// Élysée MACLET ///

Aquarelle originale.
Dimensions : 9x14cm.
Signée par l'artiste.
Contresignée au dos.

/// Biographie d'Elysée MACLET ///

Peintre français né en 1881, décédé en 1962.

En 1906, il quitte pour la première fois sa Picardie natale pour rejoindre Paris et surtout Montmartre. Il travaille comme décorateur au Moulin Rouge où Il est même initié à la danse pour pouvoir servir de remplaçant.

Il sera le premier à peindre Montmartre avec d'autres techniques que l'impressionnisme, inventant un style qui inspirera d'autres peintres, marqué par la simplicité, et l’apparition de couleurs de façon expressionniste. A ses débuts, il peint des aquarelles. Puis, il passe à la brosse avant de prendre le couteau vers 1909. Au cours de cette période, il reste dans une gamme de couleur limitée, un bleu-gris, du vert et du rose. Il travaille avec son premier marchand.

Après 1916, Il développe la couleur et la finesse des formes. Cette période est considérée comme celle où Maclet est au sommet de son art. Il a alors de nombreux clients et exposent dans plusieurs galeries parisiennes. Parmi ses amis, on compte Utrillo, Max Jacob, Pablo Picasso, Guillaume Apollinaire...

En 1918, il découvre la mer et va peindre en Normandie. Il rentre à Paris l'année suivante, Il fait la connaissance du baron Von Frey, riche industriel autrichien, qui prend Maclet sous contrat. Son mécène l’envoie séjourner dans le Midi de la France à la rencontre de ses couleurs, de ses paysages et de sa lumière. Les tableaux de Maclet se parent alors de la densité et de l’éclat de l’émail. Ses œuvres expriment la joie et il restera dans le sud de la france de1924 à 1928. Fin 1928, il est enCorse. Puis en 1929-1930, il est en Bretagne où sa peinture perd l'expression colorée que lui inspirait le Sud. Le baron envoyait les oeuvres aux États-Unis à de riches collectionneurs. Il en fait même entrer dans de nombreux musées américains et européens.

En pleine crise économique, Maclet rompt son contrat avec son mécène. C’est le début d’une période difficile matériellement, et même sentimentalement. Après 1935, il peint à nouveau Paris. Les toiles de cette époque sont plaisantes, avec des couleurs fraîches et poétiques. Au cours de la seconde guerre mondiale, dans Paris occupé, Maclet peint symboliquement la capitale sous la neige. Puis il fera l’objet d’expositions dans différentes galeries parisiennes. Sa cote ne cesse de monter. Il meurt à Paris le 23 août 1962. Sa reconnaissance posthume est à la hauteur de son talent.